Cours d'espéranto en dix leçons :

1.1. Indications sur la prononciation

Temps moyen estimé : 5 minutes

Avant que vous ne commenciez cette première leçon, nous vous invitons à lire le préambule, qui vous donnera toutes les informations utiles sur la manière de suivre ce cours.

En espéranto les mots s’écrivent phonétiquement, c’est-à-dire qu’ils s’écrivent comme ils se prononcent (et vice versa).

Souvenez-vous bien de cette règle sans exception : une lettre = un son.

L’alphabet espéranto comporte 28 lettres :

 A  B  C  Ĉ  D  E  F

 G  Ĝ  H  Ĥ  I  J  Ĵ

 K  L  M  N  O  P  R

 S  Ŝ  T  U  Ŭ  V  Z

Les lettres q, w, x et y n’existent pas en espéranto mais on y trouve six lettres qui n’existent pas en français : ĉ, ĝ, ĥ, ĵ, ŝ, ŭ (à remarquer qu’elles ont toutes un accent circonflexe sauf le ŭ dont l’accent est en fait un demi-cercle).

Les lettres suivantes ont une prononciation différente de celle du français :

c : ts (tsar)

ĉ : tch (Tchèque)

e : entre é et è

g : g (gant)

ĝ : dj (Djibouti)

h : h (have en anglais)

ĥ : hr (Juan en espagnol)

j : y (yogourt)

ĵ : j (journal)

o : o (bol)

r : de préférence roulé (espagnol)

s : ss (santé, suisse)

ŝ : ch (chaud)

u : ou (tout)

ŭ : w (wapiti), ou bref (oui, waouh !)

Les autres lettres de l’espéranto (a, b, d, f, i, k, l, m, n, p, t, v, z) se prononcent comme en français.

Chaque voyelle, a, e, i, o, u, forme avec les consonnes voisines une syllabe séparée. Par contre, j et ŭ, qui sont parfois appelées semi-voyelles, sont des consonnes normales en espéranto, et font donc partie de la syllabe définie par une voyelle voisine. Vous trouverez des exemples plus tard dans les leçons à venir et nous reviendrons plus en détail sur la prononciation dans la quatrième leçon.

Quand on a besoin d’épeler un mot en espéranto on ne dit pas a, , ,… ache,… zèd comme en français mais a, bo, co, do, e, etc., c’est-à-dire que le nom des voyelles correspond à leur son et que le nom des consonnes se forme en leur ajoutant la terminaison -o.

Exemples :

griza : go, ro, i, zo, a

ruĝa : ro, u, ĝo, a

REMARQUE : Il n’y a que très peu de racines en espéranto qui aient une consonne double. Un exemple est Finno (Finnois). Comme chaque lettre se prononce, on dit fin-no. Certains mots composés peuvent avoir une consonne double, par exemple Pollando (Pologne) de Polo, lando, et on prononce Pol-lan-do.