Gerda malaperis :

Gerda malaperis

Présentation

Ce cours s’adresse aux étudiants de l’espéranto qui connaissent déjà les bases de la langue – notamment la prononciation – comme, par exemple, ceux qui ont suivi au moins le Cours d’espéranto en dix leçons ou le Kurso de Esperanto.

Gerda malaperis est un roman de Claude Piron spécifiquement destiné à vous apprendre progressivement à maîtriser l’espéranto parlé à partir d’une histoire captivante.

Le texte des leçons est totalement en espéranto, ainsi que les exercices et les explications. En cas de difficulté vous pourrez cependant avoir recours au lexique qui contient la totalité du vocabulaire de chaque leçon avec des explications complémentaires en français, ce qui rend ce cours accessible également aux débutants qui ont quelque expérience de l’apprentissage des langues.

Nous tenons à remercier Claude Piron pour son aimable autorisation, ainsi que tous ceux qui ont rendu ce travail possible en assurant la saisie informatique et la mise à disposition du matériel sur le réseau. Nous nous sommes contentés de transformer les textes au format Web et d’en améliorer la présentation quand cela était possible ou nécessaire.

Comment utiliser le cours ?

Le cours comporte 25 chapitres. Chaque chapitre est constitué d’un extrait du roman, d’une série de questions et de un ou plusieurs exercices. La quantité de matière varie d’une leçon à l’autre, mais en moyenne une ou deux heures suffisent pour en appréhender le contenu. Il vous appartient de régler votre rythme selon le temps disponible et vos facultés d’assimilation : au minimum une leçon par semaine et au maximum trois ou quatre par semaine.

Si vous avez décidé de suivre le cours, il vous est conseillé de demander l’assistance d’un tuteur, c’est-à-dire d’une personne capable de corriger vos exercices et de répondre succinctement aux questions que le cours pourrait susciter. Pour cela il suffit de vous inscrire à l’issue de votre première leçon. Dans ce cas vous prendrez garde de ne jamais envoyer une leçon à corriger avant d’avoir reçu la correction de la leçon précédente.

Chaque leçon se présente comme une page web sans excès de fioritures multimédia. Les exercices sont des champs de formulaires que vous remplissez. À la fin de la leçon vous pouvez envoyer vos exercices au tuteur en cliquant simplement sur un bouton. Les leçons peuvent être sauvegardées sur votre disque local et consultées hors ligne.

Enfin, vous avez le droit d’utiliser ce cours en ligne sans aucune aide extérieure si vous le désirez.

Par ailleurs, en complément du cours, il vous est conseillé de lire à la fin de chaque leçon le récit correspondant du recueil Lasu min paroli plu!, du même auteur.

Comment s’inscrire ?

Vous trouverez le formulaire de demande de correcteur à la fin de la première leçon. Remplissez-le soigneusement après avoir effectué les exercices de la leçon.

ATTENTION !
Le fait que ce cours soit gratuit pour vous ne signifie pas qu’il ne coûte rien à personne. Il coûte beaucoup de leur temps libre à nos tuteurs. Aussi, en contrepartie, nous attendons des élèves un minimum de motivation, de sérieux et d’assiduité. Tout élève qui sans accord préalable ne nous envoie plus son travail pendant plus d’une semaine sera automatiquement désinscrit.

Nous vous demanderons donc de vous engager sur les points suivants :

  1. Motivation : Vous entreprenez ce cours avec le désir sincère d’apprendre les bases de l’espéranto, quelle que soit votre motivation ultime (simple curiosité, attrait pour le mouvement espérantiste, intérêt pour les langues, envie d’épater votre concierge ou de dialoguer avec les extra-terrestres, etc.).
  2. Sérieux : Sauf impossibilité majeure vous avez la ferme intention de terminer le cours. Vous disposez du temps et des outils nécessaires (accès Internet…) pour ce faire.
  3. Assiduité : Vous enverrez au moins une leçon par semaine, sauf accord préalable avec votre tuteur pour une période définie.
  4. Rythme du tuteur : Vous respecterez le rythme de correction du tuteur et ne lui enverrez pas de nouvelle leçon avant d’avoir reçu la correction des leçons précédentes.

Rappel sur la prononciation

Ce bref exposé est destiné à ceux qui veulent commencer l’étude de l’espéranto directement avec le cours Gerda malaperis. Ils trouveront ici résumé tout ce qu’il faut savoir sur la prononciation de l’espéranto. Si cette introduction vous paraît trop technique n’hésitez pas à demander des éclaircissements à votre tuteur. Par ailleurs la prononciation est indiquée dans les listes de vocabulaire des premières leçons.

L’alphabet espéranto comporte 28 lettres :

 A  B  C  Ĉ  D  E  F

 G  Ĝ  H  Ĥ  I  J  Ĵ

 K  L  M  N  O  P  R

 S  Ŝ  T  U  Ŭ  V  Z

Dans les exercices, il suffit de taper la lettre suivie d’un x, par exemple : cx, sx, ux… pour obtenir automatiquement la lettre accentuée correspondante.

cx → ĉ

gx → ĝ

hx → ĥ

jx → ĵ

sx → ŝ

ux → ŝ

Les principes de la prononciation sont très simples et sans exception :

  1. un son (phonème) unique pour chaque lettre et réciproquement
  2. une syllabe pour chaque voyelle et réciproquement
  3. l’accent tonique est sur l’avant-dernière syllabe

REMARQUE
La syllabe qui porte l’accent est prononcée avec plus de force que les autres syllabes du mot. On dit que cette syllabe est «tonique», ou encore «accentuée» (aucun rapport avec l’accent sur les lettres ĉ, ĝ etc.). En français l’accent tonique porte sur la dernière syllabe du mot : si vous comparez le mot français "ami" et le mot espéranto amiko, vous verrez que dans les deux langues l’accent tonique porte sur la syllabe mi. Pour prononcer correctement le mot amiko dites le mot français «ami» puis ajoutez la syllabe ko : amiko.

a) Voyelles (les syllabes accentuées sont écrites en lettres majuscules):

volume_up

a (a comme dans patte)

blanka

sana

granda

volume_up

e (è comme dans sec)

bela

plena

verda

volume_up

i (i comme dans fini)

vivi

ami

trinki

o (o comme dans botte)

ovo

domo

kio

u (ou comme dans sou)

unu

plumo

suno

REMARQUES :

  1. Le e et le o sont des voyelles «moyennes», plus ou moins ouvertes selon les locuteurs et le contexte. Les è et o ouverts du français en sont une bonne approximation.
  2. Les voyelles ont une durée «moyenne», sensiblement équivalente à celle des voyelles brèves du français. Cependant il est très courant d’allonger sensiblement une voyelle lorsqu’elle termine une syllabe accentuée : le e de plena est souvent prononcé plus long que celui de verda.
  3. Il n’y a pas de voyelle nasale en espéranto. La première syllabe de granda rime en français avec Anne, pas avec an; kafon rime avec téléphone, pas avec carafon, etc.
  4. Toutes les voyelles forment syllabe, même i et u accolés à une autre voyelle. Il faut donc prononcer kio : ki-o (deux syllabes), foiro : fo-i-ro (trois syllabes), lui : lu-i.

b) Consonnes : elles ont le même son qu’en français, sauf

volume_up

c (ts comme dans tsigane)

cigano

danci

biciklo

volume_up

ĉ (tch comme dans tchèque)

ĉeĥo

ĉambro

ĉokolado

volume_up

g (g comme dans gare)

lago

gustumi

geografio

volume_up

ĝ (dj comme dans Abidjan)

loĝi

seĝo

manĝi

volume_up

h (h expiré [note 1])

havi

horo

lipharo

volume_up

ĥ (hr [note 2])

eĥo

ĥoro

ĥemio

volume_up

j (y comme dans yogourt)

jaro

juna

volume_up

ĵ (j comme dans journal)

ĵurnalo

ĵaluza

teatraĵo

volume_up

r (roulé [note 3])

teatro

kuri

rigardi

volume_up

ŝ (ch comme dans chemise)

ŝati

poŝo

fuŝa

Lisez à voix haute :

volume_up

cigano

danci

biciklo

volume_up

ĉeĥo

ĉambro

ĉokolado

volume_up

lago

gustumi

geografio

volume_up

loĝi

seĝo

manĝi

volume_up

havi

horo

lipharo

volume_up

eĥo

ĥoro

ĥemio

volume_up

jaro

juna

volume_up

ĵurnalo

ĵaluza

teatraĵo

volume_up

teatro

kuri

rigardi

volume_up

ŝati

poŝo

fuŝa

REMARQUE :

  1. Il n’y a que très peu de racines en espéranto qui aient une consonne double. Un exemple est Finno (Finnois). Comme chaque lettre se prononce, on dit fin-no. Certains mots composés peuvent avoir une consonne double, par exemple Pollando (Pologne) de Polo, lando, et on prononce Pol-lan-do.
  2. Les consonnes sont peu influencées par le contexte. Les consonnes sonores en finale ne s’assourdissent pas, pas plus qu’au contact d’une consonne sourde : abstrakta se prononce abstrakta plutôt que apstrakta. Les sourdes ne deviennent pas sonores : dans kapitalismo le s ne se prononce pas comme un z.

c) Diphtongues

Les consonnes j et ŭ sont appelées semi-voyelles du fait de leur proximité avec les voyelles i et u. Les combinaisons suivantes de voyelles (a, e, o, u) et de semi-voyelle j ou ŭ forment un son complexe qu’on appelle traditionnellement «diphtongue».

volume_up

aj (comme dans ail, aïe)

kaj

semajno

majo

volume_up

oj (comme dans Tolstoï)

knaboj

kojno

vojaĝi

volume_up

ej (comme dans soleil)

plej

mejlo

lernejo

volume_up

uj (comme dans grenouille)

tuj

kiuj

monujo

volume_up

(comme l’anglais now)

naŭ

antaŭ

antaŭe

volume_up

(è + w anglais)

ropo

neŭtrala

klido

REMARQUES :

  1. Dans les exemples ci-dessus, là où la semi-voyelle est suivie par une voyelle (deux dernières colonnes), on considère généralement qu’elle appartient à la syllabe suivante où elle reprend son rôle de consonne. Il n’y a donc pas diphtongue au sens phonétique du terme.
  2. La réalisation exacte des diphtongues peut varier selon les locuteurs. Certains auront tendance à conserver une prononciation consonantique de la semi-voyelle, surtout s’il s’agit de j, alors que d’autres la prononcent comme une voyelle très brève plus ou moins fondue avec le premier élément. Par exemple pour la diphtongue aj, on peut aussi bien se baser sur la prononciation de l’anglais my, ou de l’allemand mein, que sur celle du français maille, de l’espagnol hay ou du russe raï.
  3. Les autres combinaisons de voyelle et de semi-voyelle sont extrêmement rares. La combinaison se trouve dans quelques mots. La combinaison ij se trouve dans des noms propres russes translittérés (par exemple Ĉajkovskij).
  4. Les combinaisons ai, au, oi, ou, ii, iu etc. – qui ne sont pas rares en espéranto – ne sont pas des diphtongues, mais bel et bien deux voyelles juxtaposées, formant donc deux syllabes :

Composition des leçons

Chaque leçon se compose de plusieurs parties :

  • Rakonto : présente un chapitre du livre
  • Klarigo : présente quelques points de grammaire
  • Vorlisto : présente les nouveaux mots utilisés dans le chapitre
  • Ekzercoj : exercices à envoyer au tuteur pour correction
  • Lasu min… : chapitre correspondant du livre Lasu min paroli plu!.

En parallèle, nous vous conseillons de lire les récits de Lasu min paroli plu!

Commencer le cours

Si vous connaissez déjà les bases de l’espéranto, par exemple après avoir suivi le Cours en dix leçons ou le Kurso de Esperanto, vous pouvez approfondir vos connaissances en suivant le cours Gerda malaperis.

Je veux m’inscrire et approfondir mes connaissances !

J'ai déjà un compte :

CONNEXION

Je n’ai pas encore de compte :

En créant un compte, vous pourrez suivre nos cours, voir votre progression et demander l’aide d’un correcteur.
C’est gratuit !

créer un compte

Note : vous pouvez également suivre ce cours sans être inscrit sur ce site, mais dans ce cas vous ne pourrez pas bénéficier du suivi et de la correction des exercices.

Et pour finir :